sur 40
Affichage actuel
16
Téléphone mardi et jeudi 8h30-11h30
|
+41 (0)21.909.41.24
|
www.lavoixdelame.ch
N
o
4
04 / 2013
L
a
V
o
i
x
d
e
l
Â
m
e
.
.
.
.
.
.
p
o
u
r
é
c
o
u
t
e
r
l
a
v
o
i
e
d
u
c
œ
u
r
!
JOURNAL SUISSE SUR LA MÉDIUMNITÉ... POUR VOUS ET LA VIE !
toujours dialoguer avec les êtres élé-
mentaires et de leurs expliquer nos
intentions d’humains lorsque nous
allons par exemple procéder à une
coupe de branche, ceci dans le but de
leur éviter des souffrances inutiles
qui peuvent, dans certains cas, les
garder prisonniers d’endroits durant
des décennies, voire même plus long-
temps. Cela peut être le cas lorsqu’un
lieu, par exemple une église, qui abri-
tait un gnome se voit détruite. L’être
élémentaire ne comprendra pas que
le lieu qu’il habite n’est plus et se
retrouvera prisonnier du lieu où se
trouvait jadis sa maison. Si quelqu’un
arrive à communiquer avec lui, il
pourra certainement comprendre. Le
gnome comprendra qu’il n’y trouve
plus les facteurs propices à son déve-
loppement et alors il pourra se lais-
ser aiguiller vers un autre endroit
sur le territoire qu’il occupe. Il est
important de savoir que les élémen-
taires sont très attachés au lieu où ils
vivent et si un élément vient rompre
l’équilibre d’un environnement har-
monieux, toute la dynamique du lieu
peut changer et alors rendre l’être
élémentaire vulnérable.
Et à l’inverse, des éléments har-
monieux apportés à un environne-
ment chaotique peuvent apporter
l’harmonie et un bénéfi ce aux êtres
élémentaires qui y sont reliés. Tout
comme une simple pierre prise sur
un lieu précis et déplacée dans un
autre pays, peut être dramatique
pour l’être élémentaire qui y est as-
socié : il va perdre ses repères car il
se verra mis dans un univers inconnu
où les dynamiques extérieures ne lui
conviennent plus. Quelques fois, mal-
heureusement pour l’élémentaire,
il sera prisonnier de sa pierre. Dans
d’autres cas, les êtres élémentaires
arrivent à s’adapter de façon spon-
tanée et peuvent très bien vivre en
harmonie avec leur nouveau lieu. Il
semble qu’ils aient tous leur intelli-
gence émotionnelle propre et tous ne
réagissent pas de la même façon face
aux événements de leur vie.
Qu’en est-il des animaux et des hu-
mains ?
Nous avons perdu de vue le rôle es-
sentiel des animaux dans notre pay-
sage ainsi que leur rôle par rapport à
la Terre.
Qui sait aujourd’hui que la taupe qui
frotte son pelage contre les couches
de terre produit une charge dyna-
mique qui est ensuite diffusée à tra-
vers le champ de force de la Terre ?
Est-on conscient que les poissons
brassant l’eau en nageant, contri-
buent ainsi à équilibrer les charges
positives et négatives de l’eau ? Cer-
tains animaux exercent des fonctions
énergétiques sur la terre, alors que
d’autres espèces plus évoluées rem-
plissent des fonctions spirituelles
dans le paysage. Ainsi un cerf repré-
sente la dignité, l’amour et la bonté,
alors que l’ours devra transmettre
l’amitié, la protection et la conso-
lation. Les animaux sont en contact
avec leurs êtres élémentaires qui
leurs apprennent à coordonner leur
conscience affective très individua-
lisée avec les impulsions de l’âme-
groupe de leur espèce. Contrairement
aux êtres élémentaires des plantes
qui représentent leur conscience, les
êtres élémentaires des animaux sont
plutôt en retrait de leur champ de
conscience pour que le "Je" individuel
de l’animal puisse se développer. Ils
sont là pour maîtriser les instincts de
l’animal afi n qu’il puisse se dévelop-
per dans ce que l’âme-groupe trouve
d’optimal à son développement.
L’humain étant un "animal" parti-
culier, il existe bel et bien un parte-
nariat étroit avec un être élémentaire
particulier lui aussi et qui suivra son
humain tout au long de sa vie ter-
restre. Avant la conception, l’être élé-
mentaire s’assurera que les bonnes
conditions sont remplies pour que
l’âme humaine puisse faire toutes les
expériences nécessaires à son déve-
loppement lors de son expérience
humaine. L’être élémentaire et l’âme
de son humain s’allient pour rappeler
à celui-ci les leçons à apprendre. Ceci
peut être au travers d’une diffi culté
qui permettra une remise en ques-
tion, ou si l’humain est très à l’écoute
de son "Je" il peut également s’agir
d’un événement très positif.
Mais qu’est-ce qui permet l’har-
monie entre l’être élémentaire et son
humain ?
Pendant longtemps, les rituels qui
signalaient jadis que l’humain passait
à une autre étape de sa vie faisaient
partie intégrante de nos cultures. Une
naissance, un baptême, le passage à
l’âge adulte et même le mariage sont
devenus des institutions lucratives ou
faites par habitude sociale, mais sans
réelle conscience, alors qu’à l’origine
ce sont des rituels qui permettaient
de marquer un passage de la vie. Ces
rituels sont encore présents actuelle-
ment dans les peuplades originelles.
Ces passages ritualisés permettaient
aussi à l’être élémentaire de garder
des repères et de communiquer clai-
rement avec l’humain. Aujourd’hui,
faute de repères, l’être élémentaire
peut se laisser gagner par la négativité
et perdre petit à petit le contrôle sur
ses interactions subtiles avec les or-
ganes du corps humain. Il n’arrive plus
à assurer l’entière cohésion entre les
corps énergétique et physique. C’est
pourquoi il est important que l’Homme
moderne accorde autant d’importance
à son Je-intérieur (l’âme), à son Je-
extérieur (la personnalité) et à son Je-
élémentaire (l’être élémentaire) pour
vivre harmonieusement.
L’homme a un besoin de se r at tacher
à l’univers, car il vit dans une culture
dominée par les schémas mentaux qui
17
Téléphone mardi et jeudi 8h30-11h30
|
+41 (0)21.909.41.24
|
www.lavoixdelame.ch
N
o
4
04 / 2013
L
a
V
o
i
x
d
e
l
Â
m
e
.
.
.
.
.
.
p
o
u
r
é
c
o
u
t
e
r
l
a
v
o
i
e
d
u
c
œ
u
r
!
JOURNAL SUISSE SUR LA MÉDIUMNITÉ... POUR VOUS ET LA VIE !
le coupent du sol et de la terre. Si l’hu-
main y arrive consciemment, ce sera
également un bon moyen d’être prêt
à communiquer avec le monde élé-
mentaire. L’humain sera ainsi capable
de voir le monde invisible comme une
couche parallèle à la réalité. Tout en
étant dans sa conscience normale il
sera capable d’enregistrer des expé-
riences de cette réalité parallèle et
d’en ressentir pleinement les impres-
sions vécues. Toutes ces recherches
montrent qu’il est élémentaire pour
l’être humain de se rapprocher de sa
nature profonde. Ces êtres élémen-
taires, ou énergies subtiles, sont à
notre portée de main et peuvent nous
permettre de vivre en harmonie avec
les éléments qui nous entourent. Il
serait peut-être temps de trouver le
moyen de réveiller nos mémoires an-
cestrales pour nous relier à eux.
À consulter :
Le site de www.esprit-de-la-nature.fr
Le site de Marko Pogacnik (en an-
glais) : www.markopogacnik.com
É
LISA BEELEN
LA FÉE ÉLISA ET SON UNIVERS... LA VIE !
Interview de Élisa Beelen, géobiologiste
Mélanie Tissot : Élisa, merci de nous accueil-
lir et de nous accorder un peu de votre temps.
Pour débuter, pourriez-vous nous dire qui
vous êtes et nous expliquer en quelques mots
votre parcours ?
Élisa Beelen : Pour commencer, j’ai fait un
apprentissage d’architecte paysagiste, puis à
la naissance de mon premier enfant, j’ai souffert de gros
troubles du sommeil. La médecine allopathique ne m’ap-
portant aucune solution permettant de soigner ce trouble
et afi n de pouvoir tester thérapeutes et médicaments qui
pourraient m’aider à m’en sortir, j’ai appris la radiesthésie.
Ma sensibilité s’est ainsi beaucoup développée et j’ai décidé
d’approfondir ma démarche, en étudiant les énergies qui
nous entourent pour comprendre leurs infl uences sur moi.
Puis j’ai pensé aux autres qui vivaient des situations simi-
laires et j’ai eu envie de mettre à leur service mon potentiel
et les moyens qui m’avaient aidée. Actuellement je pratique
la géobiologie (l’harmonisation de l’habitat), la guérison et
donne également des cours de géobiologie, d’autoguérison
et de contact avec les êtres élémentaux.
Pouvez-vous nous donner une bonne défi nition, en même
temps simple à comprendre, des êtres élémentaires?
J’envisage l’être humain d’un point de vue holistique, soit un
corps, des émotions et des pensées, c’est une sorte de Trini-
té entre les trois plans : physique, astral et mental/spirituel.
Pour les êtres élémentaires la loi est la même. Leur ré-
ceptacle est la nature même : leur corps peut être un arbre,
une plante, un caillou ou autre élément naturel, les élémen-
taires sont l’âme et l’esprit de la nature.
Selon vous, quels sont les bienfaits que peuvent apporter
les êtres élémentaires aux humains, et inver-
sément que peuvent apporter les humains
aux êtres élémentaires ?
Les êtres humains, en respectant la nature et
en prenant conscience de l’existence des élé-
mentaires, leur facilitent la tâche. Les élémen-
taires aident les êtres vivants à vivre en har-
monie avec la nature qui les entoure, mais surtout avec leur
nature intrinsèque, leur essence propre. Les élémentaires
enseignent simplement à être et à aller à l’essentiel. Tout
ceci dans le but de devenir un être humain bio-centrique,
soit : qui met la vie au centre. Ce qui spécifi e l’être humain à
mon sens, c’est qu’il se trouve à l’intersection de la nature,
(donc des animaux, des végétaux et des minéraux), et des
plans subtils. Le plus grand pouvoir de l’humain est son libre
arbitre et sa possibilité d’action au niveau de la matière, les
autres plans de conscience n’ont pas cette possibilité ! Ainsi
l’humain a tout le potentiel pour incarner l’Esprit dans la ma-
tière et les êtres élémentaires soutiennent les êtres humains
dans cette réalisation.
Les êtres élémentaires sont souvent tournés à la déri-
sion dans notre société, qu’auriez-vous envie de dire aux
personnes qui sont sceptiques face à eux ?
Examinez un peu vos croyances, combien d’entre elles
sont scientifi quement prouvées ? Ce qui est génial à notre
époque est que, science et religion convergent de plus en
plus. La pratique montre que le résultat d’une expérience
peut différer selon l’observateur. Il est possible de tout
remettre en cause et parfois... c’est nécessaire. Les choix
que l’on fait conditionnent notre vie. Si l’on choisit un ins-
tant de prendre le risque d’envisager que tout est animé, il
est fort probable que l’on soit sidéré !
18
Téléphone mardi et jeudi 8h30-11h30
|
+41 (0)21.909.41.24
|
www.lavoixdelame.ch
N
o
4
04 / 2013
L
a
V
o
i
x
d
e
l
Â
m
e
.
.
.
.
.
.
p
o
u
r
é
c
o
u
t
e
r
l
a
v
o
i
e
d
u
c
œ
u
r
!
JOURNAL SUISSE SUR LA MÉDIUMNITÉ... POUR VOUS ET LA VIE !
Commencez donc par essayer de
vous mettre contre un
arbre, ou de vous coucher dans l’herbe et soyez à l’écoute
de ce qui se passe en vous. Vous vous sentirez tout de suite
mieux, c’est un fait. Pour moi les êtres élémentaires font
partie de mon quotidien et ils m’apportent beaucoup de joie
et de guidance.
Nous ne pouvons pas non plus oublier que l’humain peut
tout simplement projeter son désir, inventer ce qu’il sou-
haite et non ce qui est ou ce dont il a besoin, comment
faites-vous cette différence ? Et comment faire la diffé-
rence entre ce monde parallèle des êtres élémentaires
et un discours délirant lié à la maladie psychique, par
exemple ?
On pourrait poser la même question à propos de l’amour,
mais... revenons à nos lutins !
Pour moi, la différence est,
que les élémentaires nous rapprochent de la vie et de notre
capacité à nous épanouir, tandis que les créations mentales
ou maladies psychiques, nous éloignent de celle-ci. Est-ce
la réalité ? Ce que l’on vit est en tous cas notre réalité, l’im-
portant est ce qui en résulte ! Qu’en est-il d’une personne
qui vit dans un monde parallèle de féérie et qu’elle ne s’oc-
cupe plus de ses enfants, ni ne voit ses amis ou simplement
ne fait plus son ménage parce qu’elle reçoit des messages
ou des demandes du petit peuple (autre nom pour les êtres
élémentaires) ? Et si une personne fait une crise d’hysté-
rie parce que l’on a abattu un arbre ? Ces comportements
ne sont pas en accord avec le courant de la vie et les élé-
mentaires ne sont en aucun cas responsables, car leur
infl uence est au contraire harmonisante et apporte joie et
bien-être.
Pouvez-vous nous expliquer votre technique ou méthode
pour entrer en communication avec les êtres élémen-
taires ?
Je vais dans la nature, dans un endroit
que je trouve beau, où je me sens bien
et qui m’appelle. La contemplation de la
beauté du lieu m’ouvre le cœur et me
permet de percevoir l’énergie des élé-
mentaires. Je peux aussi simplement
les appeler en leur demandant de l’aide
pour une guidance, de l’énergie ou
même un soin, le processus est simple.
Les élémentaux ne sont pas dans la
dualité, ils ne vous jugeront jamais ni
ne vous puniront pour vos actes. De même lorsque vous vous
ouvrez à leur dimension énergétique, vous bénéfi ciez de cet
état d’être. En revanche, il faut savoir que nos actes ont des
conséquences régies par le plan causal (action-réaction) et
la nature y collabore étroitement, c’est à mon avis pour cela
qu’il y a des cataclysmes naturels, ils sont la conséquence de
nos actes, mais en aucun cas une punition.
Auriez-vous un conseil à donner aux personnes dési-
reuses d’entrer en contact avec les êtres élémentaires ?
La première chose est d’avoir envie d’entrer en contact avec
les êtres élémentaires. Puis il faut ouvrir son coeur à cette
dimension-l à. Le processus est le même que celui que je pr a-
tique, la contemplation de l’environnement est un excellent
moyen d’entrer en contact direct avec un élémentaire.
Je vous conseille donc de contempler un végétal ou un
minéral qui vous invite plus que les autres, mettez-vous
à l’écoute et en mode d'observation sans attente, faites
preuve d’ouverture de cœur et d’esprit, laissez-vous sur-
prendre, vous verrez... !
Est-ce correct de dire qu’il est aussi facile d’entrer en
contact avec un être élémentaire qu’avec une personne
décédée ?
Je pense que si l’on peut être en contact avec les élémentaux,
il est aussi possible d’entrer en contact avec les personnes
décédées. Si l’on vit proche de la nature et de notre instinct,
il est clair pour moi que l’on peut communiquer avec les es-
prits, peu importe qu’ils soient humains ou élémentaires.
La technique est certainement similaire. C’est un potentiel
humain qui n’est pas destiné à une élite, n’oublions pas que
l’instinct est simplement au service de la vie, de toute vie.
Nous arrivons au terme de l'interview, aimeriez-vous
raconter une petite anecdote à nos lecteurs en guise de
conclusion ?
J’ai envie de vous raconter une histoire qui m’est arrivée
alors que j’étais en randonnée. Ayant ressenti le besoin de
faire une pause, je me suis allongée dans une grotte qui
était sur mon chemin. J’avais froid et
je n’avais pas de couver ture, mais fati-
guée, je me suis assoupie.
Lorsque je me suis réveillée, j’ai
senti une forte chaleur qui émanait
de mon corps. En ouvrant les yeux, je
découvris... plusieurs nains qui étaient
sur mon ventre et qui me réchauf-
faient. Je me suis émerveillée de leur
bienveillance alors que je ne les avais
pas sollicités.
Cela peut arriver lorsqu’on est ou-
vert à leur existence, une interaction devient alors possible.
Des nains ??? Incroyable !!! Comment étaient-ils ? Avec
leur fameux bonnet rouge ? Tout petits ? Comment les
avez-vu perçus ?
19
Téléphone mardi et jeudi 8h30-11h30
|
+41 (0)21.909.41.24
|
www.lavoixdelame.ch
N
o
4
04 / 2013
L
a
V
o
i
x
d
e
l
Â
m
e
.
.
.
.
.
.
p
o
u
r
é
c
o
u
t
e
r
l
a
v
o
i
e
d
u
c
œ
u
r
!
JOURNAL SUISSE SUR LA MÉDIUMNITÉ... POUR VOUS ET LA VIE !
Pour contacter Élisa Beelen :
Rte Moncor 15
CH-1752 Villars-sur-Glâne FR
Ou Asylstrasse 51
CH-3063 Ittigen BE
Natel : 0041 (0) 77 204 26 46
Site : www.emergessence.net
NB : les interviews refl ètent les points de vue des
personnes interrogées, mais n’engagent pas la ré-
daction.
Je ressens surtout leur énergie. Je vois des halos un peu
blanchâtres parfois. Lorsque j’ai des images, c’est plutôt
une forme de fl ash interne, une sorte d’image de synthèse
de leur énergie, décodée par mon cerveau.
Dans le corps, il y a des centres d’énergies que l’on ap-
pelle chakras et je pense que le fameux bonnet des nains
représente simplement leur grand chakra coronal !
CROP CIRCLES, UNE RÉALITÉ À PARTIR D’UNE ORIGINE ENCORE INCONNUE !
Texte d’Isabelle Lacalmette
Depuis maintenant quelques temps
on constate un phénomène nouveau :
l'apparition de cercles de culture,
désignés généralement sous le terme
anglais de "
crop circle
", ou "agro-
glyphe". Les
crop circles
sont des mo-
tifs réalisés par fl exion des épis et que
l'on trouve dans des champs de cé-
réales (généralement de blé). Ces mo-
tifs ont souvent une forme circulaire,
géométrique, ils sont d’une dimension
tellement imposante qu'on ne peut
les contempler dans leur totalité que
depuis le ciel ou d'une certaine hau-
teur. Ils apparaissent le plus souvent
en quelques heures et de préférence
la nuit. Ces étranges manifestations
suscitent un fort engouement et sont
étudiées autant par les scientifi ques,
les sceptiques que les amateurs de
phénomènes d’un autre monde. Sans
cesse surgissent de nouvelles théo-
ries à leur sujet, de nouvelles études,
qui peuvent tout aussi bien se contre-
dire. Il est extrêmement diffi cile de
trouver des sources crédibles sur ces
phénomènes, quant à savoir la véri-
té... Est-ce que les
crop circles
souhai-
teraient garder leur mystère ?
Un peu d’histoire...
Au XVII
ème
siècle les premières his-
toires commencent à circuler à pro-
pos des
crop circles
, on les nommait
à l’époque "fauchage de blé" ou
"champs de blés aplatis", mais là en-
core il s’avère diffi cile de vérifi er les
sources et donc la crédibilité de ces
phénomènes que l’on retrouve un peu
partout dans le monde.
Il semble que ce soit en 1966, en
Australie, près de la ville de Tully, que
l'on a redécouvert les agroglyphes,
mais à ce moment-là on pensait qu'il
s'agissait d'empreintes laissées par
des soucoupes volantes !
Depuis plus de vingt ans, on trouve
de plus en plus de
crop circles
, tout
particulièrement dans le sud de l’An-
gleterre, en Hampshire, Wiltshire et
d'autres contrées voisines. Au fi l du
temps, les formes des cercles sont
devenues de plus en plus complexes,
passant de simples ronds à des picto-
grammes d’une incroyable précision.
Devant l'ampleur du phénomène,
des scientifi ques fi nissent par ad-
mettre leur existence, mais sur la
seule explication qu’ils sont le fait
d'humains, soit comme création artis-
tique, soit comme canular. C'est ainsi
qu'en 1978, deux fermiers anglais,
Doug Bower et Dave Chorley, ont réa-
lisé de faux
crop circles
pour "faire une
plaisanterie" et cela est resté forte-
ment gravé dans les esprits jusqu'à
aujourd'hui. Il existe des courants ar-
tistiques revendiquant la faisabilité de
réaliser des agroglyphes ; c’est le cas
du collectif fondé par John Lundberg
dans les années 1990 et qui, en mars
1998, réalisa, de nuit, en quelques
heures, un agroglyphe très abouti.
Mais cela ne doit pas faire oublier
qu'il reste toute une série de dessins
fort complexes dont l'origine demeure
encore inconnue et dont nous parle-
rons un peu plus loin.
Alors... d’où peuvent-ils bien venir ?!!
Une origine humaine ?
Le groupe VECA 90 (Voyages d'Étude
des Cercles Anglais), dirigé notam-
ment par Gilles Munsch, organisa
une expédition en Angleterre avec
les membres du comité ufologique
(l’ufologie est la discipline qui étudie
le phénomène des OVNIS) pour étu-
dier le phénomène des
crop circles
et
démontrer leur faisabilité par l'être
humain ; de même pour le mouvement
"Land Art" ou certaines universités
qui proposent des sortes de concours
pour la réalisation de
crop circles
, une